Carabin.fr

Site des étudiants en médecine de Créteil
Home » Posts tagged 'concours'

L’AEMC devient le distributeur officiel des polycopiés de PACES !

28 août 2012 Publié dans la catégorie PACES

Depuis plusieurs années, la distribution des polycopiés de PACES était assurée par l’ALU. Ce système n’a jamais apporté pleine satisfaction aux étudiants, qui s’accordaient à dire que les prix pratiqués étaient exhorbitants.

Dès la rentrée 2012, c’est l’association des étudiants de la faculté (AEMC) qui reprend cette activité. Le projet est soutenu par la faculté, le doyen et les professeurs : les polycopiés fournis par l’AEMC sont donc les seuls supports officiels, ils font foi pour le concours.

Pour obtenir vos polycopiés 2012/2013, c’est simple :
- Vous payez vos polycopiés du 1er semestre au début du semestre.
- Vous récuperez les polycopiés au local de l’AEMC (étage -1, salle 9008) au fur et à mesure de leur sortie.

Côté infos pratiques :
- Les inscriptions débuteront le lundi 27 août dans le hall de la faculté (12h30 à 14h00) et se poursuivront jusqu’au vendredi 7 septembre (pour les retardataires, il sera toujours possible de s’inscrire plus tard au local de distribution des polycopiés).
- L’ensemble des polycopiés du 1er semestre est facturé 80€ (paiement par chèque ou espèces).

Pour plus d’infos :
- Rejoignez la page «PACES CRETEIL» sur Facebook
- Envoyez vos questions à president@carabin.fr


Commentaires fermés

Annulation / repport de l’épeuve de LCA aux Ecn 2011 ?

2 juin 2011 Publié dans la catégorie ANEMF, ECN

La lecture critique d’article (LCA), dixième et dernière des épreuves classantes nationales (ECN) a été annulée deux fois ce mercredi.

Premier épisode : « Le sujet était truffé de fautes d’orthographe et il y avait un décalage dans les lignes d’un tableau, explique Ingrid Bastide, présidente de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF). Le président du jury a décidé d’annuler l’épreuve. »

Second épisode : Le centre d’examen de Toulouse a manqué de copies, ce qui a retardé le début de l’épreuve. Selon nos informations, des étudiants on pu prendre connaissance de l’intitulé des sujets et certains candidats sont parvenus à se renseigner sur Internet grâce à leur téléphone portable. (Source : lequotidiendumedecin.fr)

A la suite de l’annulation, le 1er juin dernier, de l’épreuve de lecture critique d’articles scientifiques (LCA) dans le cadre des épreuves classantes nationales (ECN) 2011, le CNG a décidé de fixer au 14 juin prochain la date de la nouvelle épreuve (de 14h à 17h dans les 7 centres d’examen).

Pour en savoir plus rendez vous sur notre forum : Annulation / repport de l’épeuve de LCA aux Ecn 2011 ?

 

 

Commentaires fermés

Concours, Doc Protocoles pour iPhone

13 avril 2011 Publié dans la catégorie Site web

Voici un petit jeu concours pour gagner l’application intégrale DOC PROTOCOLES pour iPhone et iPad.

Doc Protocoles vous permet de retrouver tous les gestes médicaux en photos, étape par étape. L’ application regroupe des protocoles médicaux dans toutes les spécialités (ORL, gyneco, pneumo, urgences…) vous permettant de toujours avoir les principaux protocoles médicaux dans votre poche.

Pour en savoir plus sur l’application :

Commentaires fermés

La préparation de l’ECN

17 janvier 2011 Publié dans la catégorie

La préparation de l’ECN

Votre obsession en 3 lettres, l’ECN rythmera votre vie !

Il faut être prêt pour le jour J (fin de d4) afin de satisfaire des objectifs pour l’internat. Il faudra maitriser tous les items au programme, en sachant comment remplir un cas clinique (savoir ce qui sera quotté !). Selon votre ranking au concours, vous choisirez votre spécialité et votre ville !

Comme tout concours, les deux maitres mots sont TRAVAIL et EFFICACITE. Le rythme est très soutenu, rien à voir avec P2/D1 : on doit travailler tous les jours (dans le meilleur des cas), et savoir aussi se reposer (week end entiers, jours de pause du week end, jours de pause en semaine. En général décrescendo au fil des années)

On fait toujours comme on peut, en 3 ans la motivation est vite ébranlée… Globalement pour préparer votre concours il y a les après midi, en bibliothèque où a la maison

Vous organisez votre programme en fonction de vos partiels/programme des confs/stages actuels/programme personnel. Les partiels étant tous les 6 mois et la quantité étant encyclopédique, tout consistera a travailler le plus efficacement possible, a faire des cas cliniques/annales (disponible en BU ou en librairie spécialisée) pour savoir ce qu’il faut connaitre. Créer vos fiches/cours, ou trouver un support qui vous satisfasse assez (bouquins ECN de VG, Masson, cahier des ecn, Ellipses, medline, etc…au choix !) http://www.atm2.fr/ue/alix/guide/guide.pdf (ce petit guide à été réalisé par des étudiants de Montpellier)

Les conférences

Cours de soirs PAYANTS, par des organismes privés, à la manière des prépas privées de P1, qui ont lieu de 19 h a 23 h 2 fois par semaine en D3, et une fois par semaine en D4. Les trois principales sont Hippocrate, Hermès et Khalifa… Les variantes :

  • Certaines conférences sont sur internet
  • Conférences Delta, spéciale D2, assez introductive, pour les plus angoissés d’entre vous qui voudront avoir un avant gout de ce qui vous attend en D3 : totalement dispensable
  • Les conférences organisées le samedi matin a la faculté, gratuites : de qualité correcte, pour les D4 et ouvertes au D3, c’est toujours un plus ! La fac organise désormais également des conférences de méthodologies ECN, dont les dates seront affichées

Les confs ne sont pas officiellement indispensable, mais c’est pour 99,9% des étudiants un plus nécessaire, et quasiment tous les étudiants y sont ! En conséquence…

Le prix varie selon les organismes, en moyenne 500 a 600 euros par semestre. Jusqu’à présent seul Hippocrate sélectionne sur concours d’entrée, de ce fait on un ranking ecn légèrement supérieur aux autres, car la majorité des gens qui y sont en veulent ! Les autres conférences sont aussi bien voir parfois meilleures, et énormément de gens réussissent brillamment en étant chez Khalifa ou Hermès

Le programme d’une conf consiste à 3-8 items de l’ECN à réviser (ENORME+++), sous le thème d’une spécialité, et consiste a faire des cas cliniques, parfois ramassés et notés, sur ces themes. Cela vous fera pratiqué du cas cliniques et voir les pièges classiques, vous fera réviser vos cours, vous donnera des objectifs ! Le conférencier (interne, chef de clinique, PH) peut vous réciter le chapitre, vous donner des astuces ultra vitales, vous tenir au courant des dernières conférences de consensus.

Une conf doit être préparée, et au mieux, pas le jour même ou la veuille (mémoire a long terme !)… en pratique, le rythme externat est si énorme qu’il arrive souvent que certaines confs ne soient pas bien préparées…. Parfois même pas suivies ou absence. A vous de gérer !

Les concours blancs

Surtout a partir de la D4, payants pour la plupart, exceptés ceux de la fac ouverts aux D3 et partiels. Ils sont payants, et permettent de se mesurer aux autres étudiants de France sur le plan régional/national ! Souvent six suffisent en terme de préparation et sont financièrement encore abordables

  • les deux concours sanofi
  • les deux concours hippocrate
  • les deux concours de sa conf (hermes ou khalifa qui sont les plus populaires)

Les sous colles

Organisées entre camarades, séances détendues de travail, permettent de consolider les connaissances en s’interrogeant mutuellement ! Très pratiquées

Et la fac dans tout ca ?

Pour valider son année il faut :

  • Avoir validé ses stages (présence+++)
  • Avoir validé ses partiels
  • Avoir validé son séminaire
  • Avoir validé son enseignement complémentaire
  • Exception pour la D4 : toute la validation se base sur le CSCT et les stages
  • La fac organise des cours, qui sont en général peu populaires, les étudiants préfèrent en majorité travailler l’après midi en bibliothèque
  • La fac impose également le choix d’un enseignement optionnel, qui n’est parfois pas en rapport direct avec l’ECN mais qui aura un intérêt (…) pour votre future pratique médicale.

Validation sur Présence et/ou partiel

  • La fac organise aussi des partiels chaque fin de semestre, étalés sur toute une journée (6 cas cliniques), programme basé sur les cours qui ont eu lieu : pour savoir quelles sont les matières qui vont tomber, il faut regarder l’emploi du temps des cours ! Sous formes de cas cliniques, on regrettera pour l’instant l’absence de correction transmise aux étudiants …
  • Des séminaires d’une ou deux journées sous formes de cours magistraux basés sur la future pratique médicale sont également dispensés, la validation se faisant sous formes de partiels en même temps que les épreuves standard en fin de semestre

Concernant le CSCT

C’est le certificat de synthèse clinique et théorique. Examen validant le second cycle. Il est composé de deux parties : une théorique, une pratique au lit du malade.

La partie théorique comprend six dossiers clinique classique. La pratique se déroule souvent comme ça : examen au lit du patient + présentation du patient + petit jeu de role avec la famille par exemple avec le jury qui évalue la pratique du CSCT.

Il y a en plus pour valider la D4 à Créteil un examen de « stratégie de prescription des examens complémentaires ». Sorte d’optionnel pour les D4.

Numerus Clausus PAES 2010-2011

16 novembre 2010 Publié dans la catégorie PACES

Parution au Journal Officiel des arrêtés fixant le nombre de places disponibles pour les quatre filières regroupées dans les concours de la PACES pour cette année universitaire 2010-2011.

A noter que pour la filière médecine, peu de changements par rapport à l’année précédente. Diminution de 3 places en région parisienne : 1 place en moins pour Paris 5, Paris 6 et Paris 7.
Augmentation de 3 en Antilles Guyane. Donc au total Numerus Clausus médecine national stagnant à 7400.

Pour Créteil :

  • Médecine = 143
  • Pharmacie = 54
  • Odontologie = 17
  • Maïeutique = 10

Pour ce qui est de la kinésithérapie et de l’ergothérapie, ce sont des instituts. N’étant donc pas universitaires mais sous contrats avec l’université, cet arrêté ne les concernent pas.

Via : Jeff – On en parle sur le forum : Numerus Clausus PAES 2010-2011

Commentaires fermés

Donnez votre avis sur les enseignements de PAES

1 novembre 2010 Publié dans la catégorie PACES

Avec les nouvelles réformes, et la réorganisation de l’enseignement il n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans les différents enseignements de PAES. Nous avons donc créé sur notre forum toute une série de topics vous permettant de donnez vos avis / conseils sur les différentes UE. Alors nous savons bien qu’il s’agit d’un concours, mais pensez simplment que participer au développement de ces topics motivera d’autres utilisateurs à le faire également !

Commentaires fermés

Tutorat : l’enseignement

30 octobre 2010 Publié dans la catégorie

Voici la présentation des enseignements du tutorat

1er semestre

UE1 : Atomes – Biomolécules – Génome – Bioénergétique – Métabolisme. Responsable : Pr Loric. Les professeurs partie chimie sont J.Penelle, M.O Balleyguier Correspond à la chimie et biochimie, et de la biologie moléculaire. 60 QCM (40 en biochimie et 20 en chimie) en 1h30 . Il faut travailler les EDs et les annales afin de maitriser les différents types d’exercice. Faites attention aux nombreux polycopiés en chimie, certains se répètent.

UE2 : La cellule et les tissus. Correspond à la Biologie Cellulaire, L’Histologie et l’Embryologie. Responsable : J.P Mavier.(bio cell) Professeurs : Pr.Autier, Basset (embryologie) Pr.Gherardi (histologie) 70QCM à faire en 1h30. Histologie : Apprendre à la virgule près le cours (poly).

Les Ed sont importants pour les images (prendre des notes). Un bouquin est disponible : Histologie, les tissus (chez Abréges PCEM Masson, 3eme édition). Embryologie : Un bouquin (Reproduction et embryologie UE2 1re année santé 2e édition) à connaître très bien, 3 séances d’Ed pour s’entrainer. Les annales sont à connaître. Biologie cellulaire : 2 polys à bien connaître. Les annales sont à travailler (les QCM reviennent souvent)

UE3 (1ère partie)Bases physiques des méthodes d’exploration. Correspond à la biophysique, et un peu de nouvelle physique . 25 QCM en 1h. Responsable : Pr. Wirquin 3 polys, mais il faut surtout bien savoir résoudre les exercices (annales et Ed). Le cours est à bien savoir (mais pas à la lettre près)

UE4 : Evaluation des méthodes d’analyses appliqués aux sciences de la vie et de la santé. Ce sont des biostatistiques, avec un peu de maths. Inutile de connaître le poly par cœur, mais savoir faire les annales est essentiel. Les ED sont importants (sérieusement)

2nd semestre

UE3 : (2nd partie) Aspects fonctionnels. Correspond à la physiologie. Responsable : Dr. LeFaucheur 4 polycopiés sous forme de diapos, donc à compléter en cours. Annales et ED pour s’entrainer correctement. Il est indispensable de comprendre en apprenant. 40 QCM théoriquement.

UE5 : Organisation des appareils et des systèmes : aspects morphologiques et fonctionnels. Responsable : Pr. Djindjian 40 QCM théoriquement Correspond à l’anatomie de PCEM1, ajoutée à celle de PCEM2. Aller en cours est indispensable pour compléter les planches. Au programme tete et cou, membres inf et sup , organes, circulation et muscles. Un bouquin :Atlas de poche d’anatomie (tome 1, de Werner Platzer, chez Flammarion) est recommandé mais pas indispensable.

UE6 : initiation à la connaissance du médicament. C’est de la pharmacologie. Nouvelle matière en première année, donc aucune annale existante. Pas d’info à ce jour concernant l’organisation de la matière.

UE7 : Santé, Société, humanité. Ce sont les SHS (éthique, économie, histoire de la médecine). L’épreuve est composée de QROC (questions rédactionnelles ouvertes courtes). Ethique : responsable Suzanne Rameix . C’est de la philo avec des exemples médicaux. Les dates sont importantes, ainsi que l’orthographe. Un poly à compléter en cours, plus un ouvrage fondements philosophiques de l’éthique médicale (chez Ellipses).

Les annales retombent souvent, donc à savoir Histoire : responsable Roberto Poma : 1 poly à connaître correctement . Une matière facile si on s(y intéresse un peu. Aller en cours peut s’avérer utile, le prof insistant sur les points qui vont tomber Economie : responsable Pr. Durand-Zaleski. Une matière facile, et la prof donne pratiquement les futures questions. L’épreuve consiste à reflechir (à part pour deux ou trois questions).

Section tutorat sur le forum : Tutorat PACESCours – Concours PACES

Commentaires fermés

La vie en PCEM1

25 octobre 2010 Publié dans la catégorie

Une journée en P1

7h00 : « Bah !!! ». Une claque dans ta tête ! On se réveille. C’est dur… trop dur. Un pitit pipi en relisant les formules de biostats. Un petit café en révisant l’anatomie
8h00 : Tu fais peut-être partie des gens qui poireautent devant l’amphi histoire d’avoir une bonne place. Ou bien, tu es encore dans le métro en train de lire l’embryo.
8h15 : Grosse ruée dans l’amphi. On se jette sur les tables pour garder sa place et celle des potes. « P1 spirit » quand tu nous tiens…(Sachant qu’il est mal vu de « reserver » des places à ses potes, privant ainsi de place les externes ou les autres personnes désirant bosser le matin).
8h30 : Début des cours. Ca dure comme ça jusqu’à 12h30 (certains rattrapent leur nuit en dormant dans les amphis, c’est bien sûr fortement déconseillé).
12h30 : MANGER. Sans faire de pub inutile, plusieurs solutions s’offrent à toi :
- le « resto » U , situé au premier étage, dans le couloir qui mène à l’hosto.

Ouvert de 11h45 à 14h environ, le RU (restaurant universitaire), propose un repas à 3€. Un repas complet et chaud ca fait du bien !

  • la cafèt’ de la fac, située au sous-sol de la fac, celle-ci propose dans un cadre enfumé et bruyant une gamme variée de sandwichs et plats réchauffés, pour des prix très…. variables.
  • la boulangerie du coin de la rue, en face de la fac. Compter entre 2 et 3€ pour un sandwish.
  • Si tu as du courage, du temps et le sens de l’orientation, il y a le CROUS à Créteil Université (une pizza pour 3€ ça fait toujours plaisir).
  • Enfin, comme pas mal de gens, tu peux apporter ta tambouille et aller manger où bon te semble…
  • sinon rentre chez toi !!!
  • En tournant à droite après la boulangerie il y a aussi le Scénario, Kébab, pates, pizza, panini… Plutôt bon choix!
  • Ou tu peux aller au métro, y’a de tout pour tout les prix.

13h15 : AU BOULOT. Tu es quand même là pour travailler un peu. Il y a deux écoles chez les bosseurs. Ceux qui bossent chez eux et ceux qui recherchent l’ambiance bibli. Alors tu vas être servi si tu fais partie de la deuxième école:

Ou travailler dans la fac ?

  • la Bibliothèque : ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 20h00. Tu peux emprunter 4 livres pour 2 semaines. Les retards sont sanctionnés. Les livres ne sont pas toujours en nombre suffisant. Il y est parfois dur de travailler car elle est très fréquentée et certain oublient de se taire.
  • 1 salle de travail : ouverte du lundi au Samedi de 7h00 à 19h00. C’est une salle avec des chaises, des bureaux et c’est tout ! Le silence y règne ! Si tu viens là pour parler avec tes potes, ne t’étonne pas de te faire virer… PAS DE BRUIT A L’INTERIEUR, NI DEVANT LA SALLE !!!
  • La salle du CROUS de 14h à 19h en gros, calme mais on se fait déranger par les femmes de ménages parfois.

Ou travailler hors de la fac ?

  • les biblis de l’université de Créteil.
  • la BNF (bibliothèque Nationale de France, a l’avantage d’être ouverte le dimanche. Mais elle est assez bruyante. Environ 15€pour une carte annuelle (tarif étudiant ^^).
  • la bibliothèque Sainte-Geneviève, pas loin de Jussieu. Ca fait un peu église. C’est gratuit après avoir fait une carte.
  • si tu habites à Paris, tu peux aller dans n’importe que bibliothèque municipale, c’est gratuit.
  • Chez toi aussi, si tu arrives à te concentrer et ne pas céder aux tentations…

17h00 : COLLATION. Ne jamais oublier les pauses, c’est très important pour garder le cerveau en éveil.Le sucre est le moteur du cerveau ; une barre de céréales ou autre donne un petit coup de pouce. Certains font même une petite sieste dans l’après-midi histoire de prolonger la soirée. (ah ces ?certains?, quand même…)

0h00 : DODO. Le repos est aussi important pour le sportif que l’entraînement. (certains…non j’arrête promis)

Cette journée type ne vous donne qu’un aperçu du travail en P1. Chacun adapte son travail en fonction de ses capacités, de son temps, son courage, sa motivation etc.
Ce n’est pas parce que vous ne vous retrouvez pas dans ces conseils que vous travaillez mal. Je le répète, chacun sa propre méthode. Du moment qu’elle fonctionne…

Une semaine en P1

En gros, en P1, il y a cours du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h30, avec quelques ED éparpillés…
Le samedi la bibliothèque est ouverte de 10h à 19h. Je pense personnellement qu’il faut se prendre un moment dans la semaine pour faire la pause et décompresser. Certains (ah je les avais oublié çeux là !) sortent tous les samedis soir. D’autres ne bossent pas le samedi ou le dimanche. Une fois de plus c’est à vous de voir au cours de l’année.

Un semestre en P1

1er semestre :

Les cours débutent début septembre. Il se passe environ 1 mois, 1 mois 1/2 avec uniquement des cours. Puis commencent les ED. C’est assez progressif dans le rythme. Mais il faut suivre ! Il faut être assez organisé pour ne pas prendre de retard. C’est très important. Le temps passe vite. On arrive vite en janvier. Le mois des révisions nous amène tout droit aux examens, qui se déroulent à Lognes, une petite bourgade située sur la ligne 4 du RER A, au Centrex®. Cela dure 1 ou 2 journée(s). Prévoyez votre pique-nique.

Le jour des examens, il faut arriver en avance. Chaque année des gens pleurent car ils sont arrivés trop tard.
Si vous venez en voiture faites vous peut-être un itinéraire sur http://www.mappy.fr/.
Pour rajouter au stress, très souvent la RATP nous fait une petite grève pendant les examens. (RATP : rentre avec tes pieds).
Pour les examens vous avez besoin d’un stylo feutre noir, d’un correcteur blanc, de votre carte d’identité, de votre carte d’étudiant, et de votre convocation. Une petite collation n’est pas de trop.
C’est con à dire, mais tout se joue le jour des examens. C’est la même chose qu’une compétition sportive. Soyez prêts. Faites de votre mieux (pas de pitié pour les croissants !). Bon courage et bonne chance !

2ème semestre :

On prend les mêmes et on recommence. Sauf que, au deuxième semestre on est censé avoir déjà le rythme, donc le démarrage est beaucoup plus rapide. Les matières sont plus médicales. Les examens se déroulent toujours à Lognes, pour 2 jours.

Une année en P1

Entre les deux semestres il n’y a pas de vacances officielles, mais une semaine sans cours. Partir ou pas ? A vous de voir.

Une année en PCEM c’est long, et intense. Beaucoup d’étudiants partent entre les 2 semestres c’est un bon moyen de décompresser et de passer à autre chose. A vous de voir mais en tout cas un petit WE entre amis ca fait toujours du bien (si l’on est serieux le reste du temps !)

Deux ans en P1

Quoi qu’il arrive, il faut garder espoir !!
Il suffit de regarder le Numérus clausus pour se rendre compte que beaucoup d’étudiants ne passent pas du premier coup! C’est même l’écrasante majorité !

Donc pas de panique, le tout est de rester motivé et de continuer à travailler.
De la même manière, il ne faut pas bosser n’importe comment la première année sous prétexte d’un redoublement plus que probable.
Il faut garder à l’esprit que tout ce qui est acquis la première année est un avantage pour la seconde !

Allez, courage… ;)

A savoir…

La mémoire :

La quantité de choses à apprendre en P1 peut faire très peur et la panique empêche de bosser. Mais la mémoire est comme un muscle et c’est à la fin du premier semestre que l’on s’aperçoit qu’on est capable d’engranger une quantité phénoménale d’informations. A Créteil, ceux qui ont une bonne capacité d’apprentissage et d’organisation du travail seront indubitablement avantagés.

Les médocs :

Prendre du magnésium pour la forme ou du phosphore pour la mémoire, ça fait autant de bien que de mal. Mais prendre du Guronsan® pour bosser plus tard ou des béta-bloquants pour ne pas stresser au concours, ça use l’organisme. De plus le stresse aide à garder l’attention pendant le concours mine de rien. Enfin, pour ceux qui sont adeptes de substances illicites fumables, je rappelle que cela diminue les capacités de mémorisation à court terme.

Les lots :

Pendant vos inscriptions et même après, vous avez dû vous faire harceler par des vieux qui tentaient de vous refourguer leur cours. Et bien cela se passe ainsi en médecine : pour se procurer les annales et les cours des années précédentes, il faut les acheter aux anciens. Cela vaut vraiment le coup si le lot est complet. Contient-il les cours, les polys, les annales, les cours des prépas, les polys du prof, les ED etc. ? Les prix varient du simple au double pour le même contenu. Ce n’est pas une arnaque, bien au contraire, mais si vous êtes intéressé(e) renseignez vous bien au préalable.
L’ALU vend les annales, mais qui ne remontent pas à plus de 5 ans, donc pour ce qui est plus ancien, cela peut passer par un lot…

Les prépas :

Ce sont des organismes privés qui dispensent des cours en parallèle des cours de la fac. Cela peut être utile mais pas indispensable si vous savez travailler de vous-même d’arrache-pied, et si vous n’êtes pas prêt à débourser 1200€ par semestre. De plus, les lots proposent souvent des annales et ED des QCM d’entraînement des prépas, donc à vous de voir…

Beaucoup de sujets du forum parlent du choix des prépas médecine.

A lire sur le forum :


Commentaires fermés

Le pôle Solidarité Internationale

9 octobre 2010 Publié dans la catégorie

Connaissez-vous le pôle Solidarité Internationale de l’EMC ?

Non ? Voici un petit aperçu des projets passés ou actuels, qui ont pu être réalisés par des étudiants au cours de ces dernières années…

ACTIONS DE SANTÉ POUR LES NIOGOMÉRANKÉS

Niogoméra est un village malien de plus de 3000 habitants, situé dans la région de Kayes en zone sahélienne. Le projet de construction d’un centre de santé est né en 2006 de la rencontre d’étudiants de la faculté de médecine de Créteil et de ressortissants du village vivant en France, organisés autour d’une association, ayant pour but d’améliorer les conditions de vie au village. Les conditions d’accès aux soins à Niogoméra étaient alors difficiles, notamment pour les femmes lors des grossesses.

Partant de ce constat, un partenariat entre l’association des ressortissants de Niogoméra en France (ARNF) et l’EMC fut créé et un premier groupe d’étudiant initia un projet de construction d’une structure de soin. Au vu des besoins de la population de Niogoméra et des villages alentour, les autorités maliennes recommandèrent la construction d’un centre de santé communautaire (CSCOM). Équivalent à des dispensaires, les CSCOM délivrent des soins de base : suivi des grossesses, accouchements, vaccination et suivi des enfants, délivrance de médicaments essentiels tels que les traitements contre le paludisme. Le financement de ces centres doit être assuré par les communautés villageoises, par un système d’abonnement et principalement lorsqu’ils paient les soins et les médicaments.

En 2006-2007, les étudiants participèrent à la constitution du dossier technique du projet et à la recherche de financement. Un important bailleur, le fond de coopération franco-malien, rattaché au ministère des affaires étrangères accepta de financer le projet. Les étudiants de l’EMC furent en mesure de financer une partie des matériaux de construction, via des subventions de partenaires dont l’Université et l’organisation d’évènements pour récolter des fonds. Ils séjournèrent au Mali en juillet 2007, où ils finalisèrent la validation du dossier auprès des administrations concernées, en particulier la direction régionale de la santé de Kayes et le bureau de la coopération. Ils mirent à profit leur séjour pour affiner leurs recherches concernant les problèmes de santé propres au Mali et au village dans l’optique de mener des actions d’éducation et de prévention.

En 2007-2008, un second groupe d’étudiants reprit le projet. Ils levèrent de nouveau des fonds (Université, CROUS de Créteil, Val-de-Marne, évènements de l’EMC…) qui, en complément de l’ARNF et du fond de coopération franco-malien permirent de finaliser la construction du bâtiment. Ils travaillèrent à la mise en place d’une formation aux gestes de premiers secours avec l’aide de formateurs du SAMU 94. Cette formation fut dispensée au cours de leur séjour au village en juillet 2008 en plus de groupes de discussion consacrés aux maladies sexuellement transmissibles et au paludisme.

En 2008-2009, la construction du bâtiment fut achevée. Un troisième groupe d’étudiants participa au financement du système d’adduction d’eau, de l’installation électrique (panneaux solaires et générateur) et à l’achat d’un réfrigérateur pour conserver vaccins et médicaments. Ils travaillèrent également sur la formation aux premiers secours et aux actions de prévention entrepris les années précédentes et les renouvelèrent lors de leur séjour. Ils discutèrent de l’organisation du CSCOM avec l’équipe administrative en cours de constitution ainsi que la sage-femme du village qui y travaille aujourd’hui. Enfin une correspondance épistolaire entre une école française et celle de Niogoméra fut initiée.

Ces projets n’étant pas de notre domaine de compétence, les étudiants de l’EMC ne se sont pas engagés à collaborer dessus.

Aujourd’hui le CSCOM fonctionne et un équilibre financier semble être atteint, ce qui constituait un des principaux enjeux et objectif du projet. Cependant une telle structure de soin autonome reste fragile les premières années de son existence. Les étudiants ayant contribué au projet suivent son évolution et sont en contact avec les Niogomerankés avec qui ils conservent des liens amicaux.

Simon FREMAUX, responsable du projet 2007-2008

L’ERJ de Bobo – Dioulasso

Ce projet, basé sur l’échange et la santé, a été reconduit durant plusieurs années: il a eu lieu pour la première fois en 2004/2005, puis l’année suivante en 2005/2OO6, en 2007/2008, puis enfin en 2008/2009.

La mission se déroulait à Bobo Dioulasso, situé au sud-ouest du Burkina Faso, en partenariat avec l’ERJ (Espace Rencontre Jeunesse), dirigée par Moussa Kafando. Bobo Dioulasso est la deuxième ville du Burkina Faso et abrite environ 500 000 personnes dont 70% est âgée de moins de 25 ans.

L’ERJ a pour but de créer un cadre d’expression d’initiative de la jeunesse de Bobo Dioulasso à travers les objectifs suivants :

  • Favoriser la création de cadres de rencontre pour les jeunes
  • Susciter et stimuler les actions d’animation au plan éducatif, social et culturel
  • Contribuer à la formation et au renforcement des compétences des jeunes
  • Faciliter l’accès des jeunes à l’outil informatique et à Internet

Pour tenter de répondre à ces objectifs, les étudiants engagés successivement dans ce projet ont pu participer à la mise en place de différents ateliers et animations auprès des jeunes fréquentant l’ERJ:

  • Des ateliers de prévention / sensibilisation MST-SIDA et hygiène de vie, après avoir suivi une formation spécifique auprès du CRIPS d’Ile de France et de médecins de Mondor.
  • Des ateliers d’initiation aux gestes de premiers secours. Pour cela, les étudiants se sont eux-mêmes formés auprès du SAMU 94 (formation « FOURMI », adaptée au pays.)
  • La rénovation d’une salle polyvalente pour et avec les jeunes.
  • Le développement de la pépinière, toujours en association avec les jeunes.
  • La mise en place d’un échange épistolaire entre une classe d’école primaire française et les jeunes de l’ERJ, l’organisation d’une sortie culturelle et l’intervention d’un écrivain ou historien à l’ERJ pour discuter et débattre avec les jeunes.

En 2010, deux nouveaux projets se sont montés par de nouveaux groupes d’étudiants motivés et intéressés par la Solidarité Internationale…

LES SAMPANIERS DU VIETNAM

Ce projet, mené en partenariat avec l’association « Les Sampaniers du Vietnam », s’est déroulé dans le village de Hué, au Vietnam, où la population est constituée de familles laborieuses vivant et travaillant à bord d’embarcations sommaires.

Le projet consistait en la construction d’une salle parascolaire/ludothèque sur pilotis, qui permettrait aux enfants de venir suivre des cours de soutien extra scolaires, et aménager une petite bibliothèque. Cette construction a démarré, et se poursuit actuellement grâce à l’argent des subventions récoltées.

Par ailleurs, sur place, les 8 étudiants présents ont fait des formations Premiers Secours pour des enfants et des jeunes, après avoir suivi une formation tout au long de l’année auprès de M. D. MICHEL, membre du SAMU 94. Ils ont aussi fait des consultations pour des malades isolées, ont aidé à la rénovation de l’école maternelle et ont secondé durant 3 semaines la gérante de l’association pour diverses tâches.

UNE ÉCOLE POUR COLMA-SÉGUÉRÉ

Nouveau projet également, celui-ci a été monté en partenariat avec l’Association Humanitaire Franco-Burkinabè (AHFB) et M. Yaya OUATTARA, son président, également directeur/instituteur de l’école primaire du village de Séguéré.

Cette petite école primaire, construite sommairement par l’Etat (pose des murs), ne disposait que de deux salles de classe et n’avait jamais été achevée. Les travaux restants ayant été laissés à la charge de la communauté, qui ne dispose pas des ressources financières suffisantes pour les réaliser.

L’école fonctionne avec deux classes, pour un effectif total de 135 élèves de 7 à 12 ans. Il n’y avait pas de fenêtres, ni de crépis intérieur et extérieur. Le toit manquait d’étanchéité, ce qui entravait la continuité de l’enseignement. Lors des intempéries les enfants sont renvoyés chez eux, avec parfois plusieurs kilomètres de marche à faire. Il n’y avait pas d’infirmerie, ni de logement de maitres, les enseignants parcourant 35 kilomètres chaque jour pour se rendre à l’école. L’école était par ailleurs dépourvue de latrines, ce qui obligeait les enfants à faire leurs besoins dans la nature, avec tous les problèmes d’hygiène et de maladies que cela peut induire. Le groupe a pu aussi visiter et participer (comme il pouvait) à la vie quotidienne du dispensaire : consultations, conseils de nutrition des nourrissons aux jeunes mamans.

Une action de sensibilisation a également été organisée auprès des villageois, avec le concours du personnel du dispensaire local, autour des thèmes du VIH/SIDA et autres MST: projection de films en dioula (sous titré en français!!) suivie de débats… Pas évident! En effet, il reste encore de nombreux tabous autour de la sexualité, de la question de la fidélité, de l’accès et l’utilisation de préservatifs…

Commentaires fermés

L’école de l’INSERM

9 octobre 2010 Publié dans la catégorie

Il reste quelques jours pour envoyer son Dossier de candidature pour l’école de l’Inserm…

Et je suis un peu déçu de voir qu’il y ait aussi peu (ou pas) de P2 cette année motivés pour suivre ce cursus …
Faut oublier ce vieux discours élitiste que vous avez eu en début d’année…
Le but de l’école de l’Inserm est de former des futurs médecins (donc on ne laisse pas tomber la clinique!) à la recherche médicale… C’est bien d’être médecin, mais c’est encore mieux si on participe à la compréhension des pathologies, à l’élaboration de nouveau traitements, aux essais cliniques… en parallèle à la clinique pure.
Dans tous les services, il y a des médecins qui ont fait cette double formation, mais ont fait leur master et leur thèse de science après l’examen de l’internat. L’Ecole de l’Inserm est identique, sauf que l’on fait le master (et la thèse si on veut) avant. La D1+1 n’est pas une année « perdue », elle permet d’obtenir un Bac+5 dans le cursus scientifique.

Quel est l’intérêt de faire son master avant l’internat?

  1. c’est plus marrant d’être étudiant en sciences dans un laboratoire quand on est étudiant en médecine que quand on a 40 ans et que l’on est médecin ;
  2. de se former précocement à la recherche médicale, aux bases de se que l’on apprend en fac de médecine: cela permet d’avoir une vision différente de la médecine, des maladies et des traitements, de réaliser le temps de latence entre les découvertes et leurs applications;
  3. de se simplifier énormément d’étapes après l’internat;

Quel est l’intérêt de l’école de l’Inserm?

  1. d’être vachement encadré et soutenu ;
  2. plein de séminaires, de formations auxquels on peut participer (déplacements pris en charge) ;
  3. aides financières ;
  4. permet de rencontrer plein de gens très intéressants, de grands spécialistes dans leurs domaines, pouvoir les contacter si on a besoin d’informations ou autre;
  5. on peut choisir le laboratoire que l’on veut ;
  6. s’il y a un problème, ils s’en occupent directement.

Quel est l’intérêt de faire de la recherche biologique, médicale ou clinique quand on est médecin?

  1. participer à la compréhension des processus biologiques des maladies… ;
  2. participer à l’élaboration de nouveaux traitements, de nouvelles techniques de diagnostic… ;
  3. améliorer l’utilisation des traitements (dose, combinaison, etc.), de la prise en charge… Et surtout:
  4. pouvoir faire bénéficier son patient des dernières avancées, des traitements innovants…

Sinon l’Ecole de l’Inserm en P2, c’est très simple:

  1. tu t’inscris à un certif (UE) à la fac (premier ou second semestre);
  2. tu présentes ton dossier de candidature (avant [date qui reste à déterminer] pour cette année).

Il faut juste montrer que tu es motivé (ils prennent des primants, des doublants, avec bonnes notes ou pas au baccalauréat… mais qui montrent qu’ils sont motivés)

  1. Si tu es motivé, tu seras accepté, et ensuite, direction le « stage » de 2 semaines en février;
  2. 2 semaines de février: c’est vraiment vachement bien! Tu as ta chambre d’hôtel, 3 repas par jour au restaurant, et aux pauses, café et gâteaux sont disponibles…

Les cours sont excellents : rien à connaître par cœur, ce sont juste des présentations des applications des matières scientifiques à la médecine. Mais surtout ce qu’il y a de mieux, ce sont les conférences le soir par des gens impressionnants (souvent médecins) qui ont fait des découvertes et ont fait avancer la médecine.

LE CONCOURS: IL N’Y A RIEN A APPRENDRE ; on t’envoie quelques articles, IL SUFFIT DE LES LIRE et d’en lire quelques autres sur le même sujet. Ça ne prend pas énormément de temps de préparation, il faut juste être motivé et la manière de réfléchir, d’aborder un problème scientifique vient toute seule avec le stage de février et l’UE, et c’est tout ce qui est demandé.

L’examen: 2 épreuves orales.

  • Une au choix entre physique, chimie, biomathématiques (nul besoin d’être bon dans la matière, ils t’envoient environ 3 articles sur un domaine précis en rapport avec la médecine); le jour de l’examen, ils te passent un article sur le même sujet, tu le prépares pendant 1h30, puis 30min de présentation et l’épreuve est terminée.
  • La 2eme épreuve orale: Biologie – ils te filent un problème de laboratoire (du genre «on veut déterminer le gène impliqué dans une maladie»…), tu prépares 30min et puis tu leur exposes tes éventuels choix en tant que chercheur -.

L’an dernier, nous étions 35 à passer le concours; ils en ont pris 19 (c’est à dire 19 bénéficiaires des 300€ par mois); les autres peuvent très bien faire le cursus, ils participeront s’ils continuent à tous les événement de l’Ecole de l’Inserm et seront considérés comme les 19 reçus, sauf qu’ils ne touchent pas les 300€. Et chaque année, beaucoup continuent sans obtenir ledit concours…
En D1, il faut juste faire un stage en laboratoire qui est vraiment très intéressant et amusant. Puis on fait une D1+1 qui apporte un bac+5 (avec une aide financière de 3600€ pour l’année).

C’est dommage que sur une promo de 150 étudiants, il y en ait si peu (ou pas) qui soient intéressés… C’est comme si moins d’1% seulement des médecins participaient à faire avancer la médecine!

En tout cas pour moi, si je suis ce cursus, ce n’est pas parce que je veux faire de la recherche à la place de la clinique, au contraire, j’ai envie d’apporter le maximum aux patients, de mieux comprendre ce qu’il se passe au cours des maladies et de participer à la mise en place de nouveaux traitements (il y a tellement de découvertes récentes qui pourraient avoir de nombreuses applications thérapeutiques !..). Ce que je veux faire, c’est une carrière Hospitalo-universitaire avec ses 3 composantes: la clinique, la recherche et l’enseignement ; et le meilleur moyen et le plus simple pour y arriver, c’est le cursus de l’Ecole de l’Inserm.

Merci à ceux qui ont lu le message jusqu’à la fin.

Si il y a des P2 intéressés et qui voudraient plus d’infos, ou qui ont besoin d’aide ou de conseils pour la préparation du dossier, cela me ferait plaisir de vous être utile.
Mais il faut faire vite: avant le 21 novembre [date susceptible de changer en 2007]…

En savoir plus sur le forum : Recherche Médicale – Ecole de l’INSERM

Ahmad YATIM - ahmadyatim@hotmail.com

Commentaires fermés